>
>
Hématome et ecchymose : l’importance ou les circonstances impose l’avis médical
Hématome et ecchymose : l’importance ou les circonstances impose l’avis médical
Publié le 10.06.2016
Mots-clés :
Hématome et ecchymose : l’importance ou les circonstances impose l’avis médical
KatarzynaBialasiewicz/iStock

Hématome et ecchymose : QUE FAIRE ?

Comment faire le diagnostic ?

La plupart du temps, le diagnostic est assez simple en fonction de l’aspect des lésions et du contexte traumatique. Dans le cas d’un hématome profond, le médecin peut être amené à demander un examen échographique pour évaluer l’importance de l’hématome, avant d’éventuellement le ponctionner pour accélérer sa guérison.
Certaines lésions cutanées peuvent ressembler aux ecchymoses et aux hématomes. Quelques détails permettent de faire la différence.
• Un purpura est de couleur plus rouge et il est constitué de taches de petite taille, disséminées. Il ne s’efface pas à la pression. Il est souvent le signe d’une maladie
• Une urticaire est caractérisée par l’apparition de plaques rouges sur la peau. La rougeur est plus nette qu’au cours d’une ecchymose ou d’un hématome. Elle est généralement accompagnée de démangeaisons. L’urticaire peut être due à une réaction allergique, au stress…
• Un érythème se caractérise également par une rougeur de la peau. Celle-ci s’efface lors de la pression. Elle est due à une simple dilatation des vaisseaux et peut avoir de multiples causes : une irritation, une allergie, une maladie, etc.

Quand faut-il consulter un médecin ?

Il faut consulter un médecin dans la journée :
• Si le coup a atteint la région de l'œil,
• S’il se situe au niveau des testicules,
• Si l'hématome d’un membre provoque des douleurs ou des engourdissements aux pieds ou aux mains,
• Si l'hématome devient rouge, chaud et douloureux.

Comment prévenir les ecchymoses et les hématomes ?

D’une manière générale, afin d’éviter les hématomes et les ecchymoses, il est préférable de porter des protections pour pratiquer les sports pour lesquels elles sont recommandées.

Que faire en cas d’ecchymose ou d’hématome ?

Tout hématome ou ecchymose peut être soulagé par l’application de glace, puis un pansement compressif.
Hématome sous l’ongle : le médecin pratiquera un petit trou dans l’ongle en regard de l’hématome (avec un trombone porté au rouge généralement). La réalisation du trou est indolore, en revanche, dès que le trou est fait, le sang sous pression va s’évacuer et la douleur de l’hématome va régresser immédiatement.
Hématome des membres : les pansements compressifs sont destinés à lutter contre l’extension des hématomes. Ils sont composés d’une bande élastique (disponible en pharmacie), placée autour du membre blessé de façon à le comprimer fortement et à dépasser largement la zone blessée. Ils ne doivent pas être laissés en place plus de dix minutes. Une phase de glaçage est pratiquée, suivie d’un pansement compressif moins serré que le précédent.
Hématome de l’oreille : l’application de glace et la pose d’un pansement compressif doivent être faites au plus vite pour éviter l’apparition d’une « oreille en chou-fleur ».
Œil au beurre noir : en attendant l’examen médical spécialisé en ophtalmologie (à faire en urgence), il faut s’allonger sur le dos et appliquer sur l’œil un linge imbibé d’eau glacée. Une compression peut être faite à l’aide d’un objet plat (une pièce de monnaie nettoyée).
En cas de douleur, il est possible de prendre un médicament contre la douleur (« antalgique ») : paracétamol (1 gramme 3 à 4 fois par jour), ou ibuprofène à petites doses (400 mg 3 fois par jour) uniquement en l’absence de trouble de la coagulation ou de traitement anticoagulant.

Comment traiter un hématome ou une ecchymose ?

Dans la plupart des cas, les ecchymoses guérissent spontanément en quelques jours.
L’application rapide de glace après le choc permet de limiter la taille des bleus (glace dans un sac à congélation enveloppé d’un linge pendant 15 à 20 minutes 3 fois par jour). Le froid va permettre la constriction des vaisseaux sanguins lésés, ce qui va limiter le saignement.
Il existe des préparations locales (souvent à base d’arnica, d’héparine ou de polysulfate de muccopolysaccharide), disponibles sans ordonnance, pour le traitement local des ecchymoses : on les applique sur la zone douloureuse par un massage léger.
En cas d’hématome post-traumatisme d’un muscle, d’un testicule, de l’oreille ou de l’œil, un médecin devra examiner soigneusement la région lésée (un ophtalmologue pour un hématome de l’œil).
Dans le cadre d’un hématome sous-cutané ou musculaire, le médecin ponctionnera si nécessaire l’hématome pour évacuer le sang et soulager la douleur. Il fera ensuite un pansement compressif et prescrit généralement des anti-inflammatoires pour faire diminuer le gonflement.
Si les hématomes surviennent sans raison apparente, le médecin pourra prescrire des examens de sang pour s’assurer de l’absence d’anomalie sanguine.

<< COMPRENDRE
PLUS D’INFOS >>