>
>
Ménopause : une vie plus longue sans hormones qu'avec
Ménopause : une vie plus longue sans hormones qu'avec
Publié le 17.10.2018
Mots-clés :
Ménopause : une vie plus longue sans hormones qu'avec
Victor_69/iStock

Ménopause : DIAGNOSTIC

Quand évoquer la ménopause ?

La ménopause apparaît après une phase que l’on nomme la « péri-ménopause », où existe souvent une insuffisance de sécrétion hormonale en 2ème partie de cycle (l’insuffisance lutéale ») qui débute cinq à huit ans avant la ménopause dont les quelques signes sont annonciateurs.
Si aux alentours de 40 ans, les cycles menstruels s’espacent, les règles sont de moins en moins abondantes, alors il s’agit surement des signes précoces de la ménopause. S’ajoute à cela une tension dans les seins, des ballonnements et une humeur changeante.

Quels sont les risques à long terme de la ménopause ?

La ménopause est une source d’inquiétude pour les femmes notamment à cause de l’augmentation du risque de survenue de certaines maladies sur le long terme. En effet, c’est la diminution de la sécrétion des hormones féminines qui est à l’origine du risque majoré de maladies cardiovasculaires ainsi que du risque de « fractures de fragilité osseuse » ou « fractures ostéoporotiques ».
La perte osseuse est accélérée après le début de la ménopause avec une diminution du capital osseux de près de 4 %. S’en suit un risque accru des fractures de la colonne vertébrale, du col du fémur et du poignet. La sévérité de l’ostéoporose peut être aggravée par plusieurs facteurs comme une carence en vitamine D, les antécédents de fractures dans la famille (qui peut correspondre à une moins bonne qualité de construction de la trame de l’os), la consommation d’alcool et de tabac ou une « masse grasse » faible.
La protection cardiovasculaire, que confèrent les hormones féminines, disparaît petit à petit pour faire revenir les femmes ménopausées au même niveau de risque que les hommes. L’infarctus du myocarde, dont la présentation est souvent moins typique chez la femme, doit être suspecté à partir de 50 ans devant un essoufflement ou un sentiment d’oppression thoracique.

Faut-il réaliser un bilan au début de la ménopause ?

Le diagnostic de la ménopause est assez évident et ne nécessite pas d’examen particulier.
Néanmoins, devant une suspicion de ménopause précoce ou une aménorrhée secondaire suspecte, il est indispensable de réaliser un dosage des hormones dans le sang. La ménopause se traduit biologiquement par une augmentation de la FSH et une diminution des œstrogènes.
En cas d’antécédents familiaux d’accidents cardiovasculaires ou de fractures, il est vivement conseillé de réaliser une échographie cardiaque, une épreuve d’effort ainsi qu’une densitométrie osseuse.

<< COMPRENDRE
TRAITEMENT >>
Sur le même sujet :