>
>
Cancer du colon et du rectum : guérison dans 9 cas sur 10 au stade précoce
Cancer du colon et du rectum : guérison dans 9 cas sur 10 au stade précoce
Publié le 04.02.2018
Mots-clés :
Cancer du colon et du rectum : guérison dans 9 cas sur 10 au stade précoce
decade3d/iStock

Cancer colorectal : TRAITEMENT

Quels sont les principes du traitement du cancer du colon ?

Le traitement proposé par le gastro-entérologue, le chirurgien ou le cancérologue va différer selon le grade d’évolution du cancer.
Le choix de la prise en charge sera déterminé lors d’une réunion de concertation pluridisciplinaire au cours de laquelle plusieurs médecins, chirurgiens, anatomopathologistes et cancérologues vont examiner le dossier médical.
• Lorsque l’on est au stade de lésion très localisée, c’est-à-dire que le cancer ne s’est pas propagé aux organes voisins, c’est la chirurgie seule qui sera choisie.
• Lorsque le cancer est infiltrant et atteint les ganglions, c’est le traitement chirurgical qui est préconisé, avec curage ganglionnaire, et qui est associée à une « chimiothérapie adjuvante ».
• Enfin si le cancer du colon est métastasé, le traitement consistera en une chirurgie du colon complétée par une chirurgie des organes métastasés, suivi ou précédée par une chimiothérapie et parfois à une thérapie ciblée.

Quels sont les principes du traitement du cancer du rectum ?

Le traitement du cancer du rectum diffère du cancer du colon dans sa prise en charge.
• Au stade localisé, la chirurgie est le traitement de base avec une résection de la partie du rectum atteinte mais également tous les tissus de soutien autour qui contiennent les ganglions.
• A partir du moment où le cancer est infiltrant, la chirurgie sera précédée ou suivie d’une radiothérapie ainsi que d’une chimiothérapie.

En quoi consiste le traitement par chirurgie du cancer du colon ?

La chirurgie du colon peut être réalisée, soit par une « laparotomie » avec une grande incision au niveau de l’abdomen, soit en « coelioscopie » avec deux petites incisions mais uniquement lors d’un cancer en phase précoce.
La chirurgie va consister à retirer la partie du colon où se situe le cancer. Pour éviter de laisser des cellules cancéreuses, le chirurgien devra enlever une grande partie du colon autour de la masse tumorale. Ainsi si le cancer se trouve au niveau du colon droit, on fera une « hémicolectomie droite » qui comprend le colon droit et la moitié droite du colon transverse. Si le cancer se trouve au niveau du colon gauche, on fera une « hémicolectomie gauche » qui comprend le colon gauche et la moitié gauche du colon transverse. Si le cancer se trouve au niveau du colon sigmoïde, on fera une « sigmoïdectomie » qui comprend uniquement la partie entre la fin du colon gauche et le début du rectum. Parfois lorsque le cancer est trop évolué et s’étend sur les deux parties du colon, il faudra réaliser une « colectomie totale ».
Après avoir enlevé la partie du colon concerné, il va falloir rétablir la continuité de l’intestin en faisant une anastomose entre les deux parties saines. Si jamais, l’anastomose ne peut être réalisée en raison d’une inflammation trop important, le chirurgien décidera de faire une « colostomie » transitoire. La « colostomie » consiste à suturer le colon à la peau et à recueillir les excréments par l’intermédiaire d’une poche. Après plusieurs semaines de distance, la continuité sera rétablie lors d’une nouvelle intervention chirurgicale afin de permettre l’évacuation naturelle des selles.
Si jamais le cancer atteint les aires ganglionnaires ou le péritoine, le chirurgien devra retirer les zones malades.

En quoi consiste le traitement par chirurgie du cancer du rectum ?

La chirurgie du rectum est une intervention plus délicate que celle du colon dans la mesure où le rectum est plus difficile d’accès. En fonction de la localisation de la tumeur, plusieurs types d’interventions sont possibles.
• Si la tumeur est située dans la partie supérieure du rectum, le chirurgien enlèvera le colon sigmoïde ainsi que la première moitié du rectum.
• Mais à partir du moment où le cancer se situe dans les deux tiers inférieurs du rectum, c’est une « proctectomie totale » qui sera réalisée, c’est-à-dire exérèse du rectum entier ainsi que du « mésorectum ». Le mésorectum étant les tissus fibreux et musculaires autour du rectum qui contiennent les ganglions et les vaisseaux. L’anus sera conservé dans la mesure du possible pour conserver la continuité du tube digestif.
• Si la tumeur est trop basse ou trop infiltrante, l’anus ne pourra pas être conservé, c’est ce que l’on appelle la « résection abdominopérinéale ». Dans ce cas, il y aura rupture de continuité irréversible, ce qui nécessitera la pose d’une « colostomie permanente » pour évacuer les selles.

Qu’est ce que la radiothérapie ?

La radiothérapie est un traitement qui consiste à détruire les cellules cancéreuses par irradiation de la tumeur. Elle est indiquée lorsque le cancer du rectum s’est propagé aux organes voisins.
Il existe deux techniques pour irradier la tumeur, soit par envoi de rayons à travers la peau, c’est la « radiothérapie externe », soit par injection à l’intérieur même du rectum d’un implant diffusant des substances radioactives, c’est la radiothérapie interne, appelée également « curiethérapie ».
Cette prise en charge thérapeutique peut être proposée comme traitement en supplément de la chirurgie, il s’agit alors d’une « radiothérapie adjuvante ». Les doses et les indications de la radiothérapie varient en fonction du malade et du stade du cancer. L’association d’une radiothérapie externe et interne permet une efficacité synergique lorsque les tumeurs sont de grandes tailles.
Malgré les précautions prises par l’équipe médicale responsable de la radiothérapie pour ne pas irradier les tissus sains, il existe souvent des effets secondaires que la personne traitée doit connaître. Les effets secondaires rapportés le plus souvent sont des inflammations de la vessie ou du rectum ainsi que pour les femmes une sécheresse vaginale.

Quels sont les principes de la chimiothérapie ?

Un traitement par chimiothérapie est envisagé lorsque le cancer est à un stade avancé infiltrant, mais également en soins palliatifs pour diminuer les douleurs.
La chimiothérapie est habituellement un traitement injecté dans le sang pour atteindre et détruire les cellules cancéreuses dans tout le corps, dont celles qui auraient pu se détacher de la tumeur primitive.
Le médicament de référence est le 5 fluoro-uracile (ou 5-FU). Plusieurs médicaments peuvent être donnés en même temps c’est ce que l’on appelle une association ou « polychimiothérapie ».
L’inconvénient de ces médicaments est leurs effets secondaires notamment sur la chute des cheveux, les nausées et les diarrhées fréquentes. En effet, les chimiothérapies s’attaquent aux cellules cancéreuses mais plus aussi aux cellules qui se multiplient rapidement et c’est le cas des cellules de la muqueuse digestive et celles des cheveux.

Quels sont les principes de la thérapie ciblée ?

Les thérapies ciblées sont des traitements utilisés généralement en complément de la chimiothérapie dans les cancers colorectaux de stade avancé.
Leur principe est de cibler les mécanismes physiologiques qui permettent à la tumeur de proliférer. Par exemple, il existe des médicaments qui vont en quelque sorte asphyxier la tumeur en stoppant la formation de nouveaux vaisseaux sanguins ou qui vont empêcher celle-ci de grossir en supprimant les facteurs de croissance.
L’avantage de ces thérapies est qu’elles sont spécifiques des cellules tumorales et vont donc limiter la destruction des cellules saines du corps comme peut le faire la chimiothérapie.

<< DIAGNOSTIC
VIVRE AVEC >>
Sur le même sujet :