Méningocoque : un vaccin pour empêcher les épidémies de méningites
Publié le 12.12.2018
Méningocoque : un vaccin pour empêcher les épidémies de méningites

Le méningocoque est une bactérie que l’on retrouve à l’état naturel chez l’Homme en bonne santé mais qui peut déclencher des méningites graves chez les jeunes enfants, les jeunes adultes et les personnes fragiles. Pour éviter les épidémies, la vaccination constitue la meilleure arme.

Méningocoque : VACCIN

Qu’est-ce que le vaccin contre le méningocoque ?

Le vaccin contre le méningocoque est un « vaccin inactivé ». Il peut être administré sans risque à toute personne sans distinction contrairement aux vaccins vivants atténués qui sont contre-indiqués chez les patients fragiles.
Il est composé de fragments de la capsule de la bactérie sur lesquels on trouve les antigènes ciblés par le système immunitaire. On parle d’un vaccin « monovalent » lorsqu’il cible une seule espèce de méningocoque (en France, le C), de « bivalent » pour deux espèces (A + C), et de « tétravalent » pour quatre espèces (A, C, Y, W135).
Il existe deux types de mode d’action des vaccins : les « conjugués » et les « non-conjugués ». Les non-conjugués procurent une protection peu efficace sur le long terme, notamment chez les nouveau-nés, on dit qu’ils sont peu immunogènes. Les vaccins conjugués sont plus efficaces car ils sont couplés à une protéine reconnue plus rapidement par le système immunitaire, on dit qu’ils sont plus immunogènes. Le choix du type de vaccin à utiliser est fonction de l’âge de la personne et des recommandations annuelles du calendrier vaccinal.

Quels sont les vaccins disponibles ?

Il existe 7 vaccins disponibles recommandés par le Conseil Supérieur de la Santé : les monovalents C « Meningitec®, Menjugatekit®, Neisvac® », le monovalent B « Bexsero® », le bivalent « Vaccin méningococcique A+C® », les tétravalents « Nimenrix® et Menveo® ».
Un seul de ces vaccins est non conjugué, il s’agit du bivalent qui protège contre les sérotypes A et C. Bien qu’il soit peu immunogène et ne confère pas une immunité à long terme, ce vaccin est utilisé pour prévenir la contamination d’une personne dans les jours suivants un contact avec un malade. Il s’agit du vaccin méningococcique le plus ancien.

<< MALADIE
EN PRATIQUE >>