Publicité

QUESTION D'ACTU

Dermatose

Acné : le stress est un facteur important de déclenchement

Huit adolescents sur dix sont concernés à divers degrés par l'acné. Chez certains, le stress est un élément déclencheur majeur.

Acné : le stress est un facteur important de déclenchement sumners/Epictura

  • Publié 25.06.2016 à 07h20
  • |
  • |
  • |
  • |


  Dossier réalisé en partenariat
avec 
Science&Santé
le magazine de l'

Pour 80 % des adolescents, la puberté sonne l’heure du rendez-vous avec l’acné, une dermatose dont le retentissement psychologique affecte environ 20 % des sujets atteints. Cette maladie inflammatoire du visage, la seule de son genre à induire des cicatrices, est étroitement liée à l’augmentation de la production d’androgènes, des hormones sexuelles mâles présentes aussi chez les filles. « Leur action conduit notamment les kératinocytes qui constituent le canal (le follicule pilo-sébacé) par lequel s’écoule normalement le sébum à obstruer ce conduit, rappelle Brigitte Dréno, chef du service de dermatologie au CHU de Nantes. Dès lors, une bactérie (Propionibacterium acnes) va proliférer dans le follicule, provoquer un afflux de lymphocytes et de polynucléaires ainsi que la libération massive de cytokines (loupe) inflammatoires », une cascade d’événements à l’origine des boutons qui colonisent peu ou prou les épidermes juvéniles.

Sécrétion de neurotransmetteurs

Pour l’heure, aucune mutation génétique susceptible d’expliquer le déclenchement de l’acné n’a pu être décelée. Côté traitement, « l’idéal serait de pouvoir freiner complètement la production de sébum, sans risques d’effets indésirables, dit Brigitte Dréno. La piste des ″antibiotiques-like″, des substances produites par les plantes et les bactéries, représente l’avenir ».

Ne pas stresser aide également à retrouver plus vite une apparence conforme à ses désirs. Le stress est « un facteur important dans le déclenchement et l’entretien d’une poussée d’acné, rappelle Laurent Misery, chef du service de dermatologie du CHRU de Brest. Cela n’a rien d’étonnant dans la mesure où les glandes sébacées sont très sensibles à la substance P et à la corticolibérine, deux neurotransmetteurs fabriqués en cas de stress par les neurones présents dans le réseau nerveux cutané ».

Envisager une psychothérapie

Plus largement, ces médiateurs chimiques sont connus pour aggraver moult maladies cutanées présentant une composante inflammatoire : psoriasis, eczéma atopique, herpès… « En cas d’événement stressant, ils ne sont pas relargués uniquement dans le cerveau ou les glandes surrénales puis dans le flux sanguin, mais aussi directement dans les cellules de la peau », poursuit le médecin.

Surtout, plus un patient souffre d’une maladie de peau et plus il stresse, et plus il stresse et plus sa maladie s’intensifie. « Il faut bien expliquer aux patients qu'il est plus que normal de réagir physiquement au stress et que, dans certains cas, psychothérapies et psychotropes peuvent leur être utiles », insiste Laurent Misery.

 

Philippe Testard-Vaillant
Science&Santé, le magazine de l'Inserm

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !

Publicité
Le
designthinking pour une meilleure prise en charge

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité