• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Le fonctionnement du cerveau

La manière dont nous apprenons les choses façonne différemment notre mémoire

Dans sa vie, un être humain ne s’arrête jamais d’apprendre de nouvelles choses. Si cela aide à grandir et à s’adapter à de nouvelles situations, une nouvelle étude suggère également que les mécanismes d’apprentissages façonnent la manière dont le cerveau stocke les souvenirs.

La manière dont nous apprenons les choses façonne différemment notre mémoire Radachynskyi / istock

  • Publié le 31.10.2019 à 21h00
  • |
  • |
  • |
  • |


Au fil des siècles, l’être humain est parvenu à survivre mais également à prospérer grâce à sa capacité d’apprentissage et à s’adapter à de nouvelles situations. Il existe deux manière d’apprendre. Il y a d’abord l’apprentissage par expérience, lorsque nous apprenons des choses par accident, car nous y faisons face, ou parce que nous sommes dans un nouvel environnement dans lequel nous apprenons à naviguer. Puis, il y a l’apprentissage par renforcement. C’est lorsque nous décidons délibérément d’apprendre des choses, comme une nouvelle langue par exemple. Des chercheurs britanniques viennent de publier une étude dans la revue Nature Communications, dans laquelle ils expliquent que ces différents mécanismes d’apprentissage sont liés à différentes parties de la mémoire stockées dans le cerveau.

Les choses que l’on apprend ne sont pas stockées au même endroit

L’équipe scientifique affirme que nous stockons les informations différemment selon la manière dont nous les avons apprises. Pour cette même raison, il peut également être plus ou moins facile pour nous de perdre ou de modifier ces informations. Vingt-six personnes ont participé à cette étude, âgées de 19 à 35 ans. Elles ont accepté de prendre part à des examens par IRM. Les chercheurs ont constaté que les différents modes d’apprentissage activaient différents chemins neuronaux dans le cerveau. “Cette recherche montre que nous avons plusieurs réseaux dans le cerveau qui nous aident à stocker des connaissances acquises, ce qui signifie que les dommages causés à une partie du cerveau laisseront toujours des mécanismes alternatifs disponibles pour l’apprentissage”, déclare Miriam Klein-Flügge, autrice principale de l’étude.

Les informations apprises volontairement restent dans la mémoire

De plus, les chercheurs ont constaté que les informations acquises par renforcement sont conservées plus longtemps dans la mémoire. “Nous avons également appris que certaines de ces connaissances sont très persistantes et que le cerveau ne les oublie pas, même lorsqu’elles deviennent inutiles. Tandis que les connaissances acquises par le biais d’un mécanisme d’apprentissage alternatif sont plus flexibles et peuvent plus facilement être modifiées et transformer en une nouvelle connaissance”, poursuit Miriam Klein-Flügge. Quand il s’agit de désapprendre ou d’oublier une information, il est plus facile de le faire avec une information acquise par expérience, par accident. “Il est de notoriété publique qu’il est bon pour notre cerveau de continuer à apprendre de nouvelles choses tout au long de notre vie. C’est pourquoi il peut être bénéfique de comprendre les différentes manières dont nous apprenons et stocker les connaissance, afin de savoir quelle méthode nous convient le mieux”, conclut la scientifique.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité